variolite.fr

histoire des variolites (3)

Histoire résumée des utilisations des variolites et  des croyances en leurs vertus  au cours des ages.

Retour page accueil                                         

vers histoire des variolites (2) 

      vers histoire des variolites (4)

    Une de nos fiertés (à nous les variolites) c'est l'adoration qu'ont eu pour nous les bergers .
Leurs coutumes ont traversé les siècles, et leurs croyances ne dérangeant pas trop les bien-pensants, cet usage des variolites est aujourd'hui le mieux connu.

-Ce texte de 1874" Sur un usage particulier des outils en pierre polie chez les populations pastorales des Hautes-Alpes françaises" PAR M. BENJAMIN TOURNIER publié en 1874 illustre parfaitement et résume les croyances que des générations de ruraux se sont transmis de siècles en siècles. De nombreux autres témoignages anciens ( présentés en plusieurs endroits sur variolite.fr )  reprennent les mêmes éléments.

 Le fait que cette " communication " soit  parue dans le Bulletins de la Société d'anthropologie de Paris, lui assure un  aspect scientifique ( un peu comme les articles parus dans "NATURE " de nos jours), et son ancienneté retire toutes éventuelles supercheries sur les témoignages  ou doutes sur la véracité des dires  . D'une manière générale variolite.fr ne relate que des textes à caractères scientifiques et publiés. S'il s'agit d'observations  personnelles ou de témoignages d eparticuliers, le fait est mentionné. Une lecture attentive du site révèlera combien d'auteurs ont rapportés ces coûtumes d'un autre temps, mais toujours vivaces par endroits et finalement proche de certains comportements actuels ( collier en ambre , cristaux ...)


    - Le musée cévenol de St Jean du Gard, le musée dauphinois de Grenoble , ou le musée de Nice entre autres, présentent dans leur collections sur la vie rurale d'autrefois , l'attirail des bergers .( Cape, chapeau, houe , couteau ou poinçon ...)et systématiquement une ou plusieurs variolites (de la Durance ou du lido de Maguelone ?).
Il existe un texte notarié attestant qu' un prêt d'argent important a été fait à un berger dont la seul garantie fût le dépôt en gage de sa variolite .


    -En ces temps pas si éloignés que çà, en l' absence d'antibiotiques et de médicaments synthétiques, l'usage de produits naturels était répandu et sans alternatives .Les plantes et décoctions ne pouvant pas tout , depuis longtemps les hommes s'étaient tournés vers l'usage des pierres pour le traitement ou la prévention de différents troubles ou maladies .
Pas un berger ne se déplaçait sans une variolite dans sa poche , ou suspendue au cou d'une brebis ou de plusieurs béliers conducteurs de troupeaux ( les plus importants).Parfois comme sonnaille , parfois plongée dans l'abreuvoir ou une lavogne, mais aussi enterrée à l'entrée de la bergerie ou incluse pour certaines dans les murs de construction.


    -Des scientifiques éminents tel le comte de BUFFON relatent ces traditions sans les dénigrer (ni avoir vérifié leur pouvoir thérapeutique).
La peira picota , pierre à la picote , devait ainsi protéger ou guérir les ovins et caprins de la clavelée , mais aussi du piétin, véritables fléaux de l'époque autant économique que sanitaire, et que pour comprendre nous devons rapprocher des craintes actuelles lors des épidémies de fièvre aphteuse , ou de grippe aviaire ...
Certes la forme, le nombre des "pustules" et la similarité des variolites avec tels ou tels symptômes ont facilité cet usage , mais la durée et l'ampleur de celui ci doit quand même nous interroger .


    - Un des tests des pouvoirs de la pierre était l'épreuve du feu; la "bonne" variolite captant suffisamment la chaleur pour empêcher qu'un lien de laine avec lequel elle était suspendue au dessus du foyer ne brûle et ne la laisse tomber dans l'âtre ...
Pour le reste si un troupeau sortait indemne d'une année riche en maladies , tous les bienfaits étaient reliés aux pouvoir des talismans .


    -Le fait que "la Crau" soit à la fois une région productrice d'un excellent fourrage et donc puisse assurer d'une bonne forme les troupeaux y pâturant que l'on peut imaginer plus robustes que les moutons de zones montagneuses dont les réserves en foin ne couvraient pas toujours les besoins d'hivers souvent longs , et à la fois "truffée" de variolites ( des tonnes et des tonnes y sont entassées sur une épaisseur considérable), pourrait expliquer pour partie ces traditions .

 

               

                     Si l'usage de variolites par les bergers transhumants est avéré , bien connu et nullement contesté, il est beaucoup moins connu un certain nombre d'élément tels que les suivants.


        -Une variolite de Maguelone a été trouvée dans les fouilles du site de Lattara (34) dans une couche archéologique datée de 400 avant notre ère.

-Le Dr MARIGNAN ami de Fréderic Mistral et l'un des fondateurs de l'ethnologie (et du musée des traditions provençales en Arles) a rédigé en 1905 un ouvrage sur les usages des variolites au Néolithique.


            -BUFFON cite Mr FAUJAS qui aurait vu une variolite encerclée d'or trouvée dans un tombeau antique en Dauphiné.


-Il est très probable que certains druides ou guérisseurs gaulois leur aient prêté des pouvoirs porte bonheur .


-Actuellement c'est plutôt l' "énergie" qui est mise en vedette par les utilisateurs de médecines naturelles, traditionnelles telles que la litho thérapie .


    -Les études de terrain menées par le SEREST, Hugues BERTON et d'autres passionnés chercheur ou pas en ethnologie nous révèlent qu'aujourd'hui encore les variolites sont utilisées. ( cf page des liens)

Souvent héritées avec la ferme de fils aîné en fils aîné , les séries (sorte de trousse médicale traditionnelle constituée de haches polies, d'anneaux de verre gallo-romains, de simples galets de rivière, ou de pierre trouée mais toujours de variolites) étaient très précieuses .
Le secret qui entoure souvent leur utilisation n'est levé que par la patience et la confiance suscitées par l'interlocuteur .


En recoupant rites actuels, tradition orale et livres anciens on peut dire sans crainte de se tromper que les variolites ont aussi servi pour des thérapies sur les humains.
Les pierres à venin du Velay et d'ailleurs, utilisées par des guérisseurs , des colporteurs ou par le chef de famille , servaient lors de morsure de serpent, d'infertilité mais aussi lors des menaces d'épidémie de variole .


Une des utilisations fréquentes était de nous faire tremper plusieurs jours dans un récipient d'eau , puis d'appliquer ou de faire boire le liquide devenu thérapeutique.
Nous n'avons jamais fait de mal à quiconque et toutes les fois où le mal est parti ont servi notre réputation.

    

NOUVEAU voir aussi "les pierres à venin vues par un connaisseur"

pierre de crapaud  voir

Assez des textes érudits: Voir des photos de variolites 

 :  Retour accueil "histoire des variolites (0)"

 Suite de l'histoire des variolites
(approfondir ses connaissances, liens forts utiles)

vers histoire des variolites (2)

     vers histoire des variolites (4)

Les variolites des rivages de Maguelone et de Palavas

 Mieux les connaître, mieux les apprécier.