variolite.fr

Fouilles site Néolitique 1880

 

  Retour accueil

 Grotte préhistorique à proximité d'ISTRES

http://www.e-corpus.org/notices/106757/gallery/1128444 

découverte reprise dans le MEMORIAL D'AIX 14 AOUT 1904 VOIR ( page 2 ,3° colonne)

L'homme préhistorique dans les Bouches-du-Rhône (habitat de Rassuen) ; [Alphonse Baux] 1880

Version plein texte - FR_MMSH

Averti de ces découvertes par M. Gar
dair, administrateur de la Société des produits chimiques du
Midi, je me rendis sur les lieux, accompagné de M. Cazalis
de Fondouce, si compétent dans les recherches relatives à
|’homme préhistorique: il adirigé les fouilles et c’est à ces
messieurs, ainsi qu’a l’obligeance de M. Raymond, directeur
de l’usine de Rassuen, et ai celle de M. Toche, propriétaire du
terrain, que je dois d’avoir pu réunir une série intéressante
de preuves de la présence de l’homme primitif ai Bassuen.
La couche de cendres, a la base du rocher, a été suivie sur
une longueur de »|2 ai lâ mètres; son épaisseur varie de 15 a
50 centimètres et elle se trouve ai près de »l mètre au—dessous
de la couche de terre végétale.
Malheureusement, j’avais été précédé dans ma visite a
Rassuen. Je n’ai pu voir en place les restes de deux squelettes
découverts, dont l’un avait un collier formé de disques en
coquilles, percés d’un trou et de forme ovale. ll ne m’a été
possible d’avoir que deux fragments de mâchoires humaines :
l’une, supérieure, appartenant un enfant; l’autre, infé
rieure, provenant d’un adulte ayant dents de sagesse et les
autres découronnées par l’usure.
J’ai pu recueillir quelques phalanges, des tibias et quelques
parcelles des os du crane, restes trop incomplets pour per
mettre des conjectures sur la taille et la race des hommes de
Rassuen. La où l’un des corps avait été enseveli. la place était
marquée par de grosses pierres ayant probablement servi de
foyer et sous le poids desquelles le squelette a été réduit en
poussière. Avec le corps avaient été ensevelis z des instruments
en silex, d’autres en os si fraîchement aiguisés, qu’ils avaient
dû être fabriqués exprès et n’ontjamais servi. Puis, c’était
des cailloux en serpentine destinés ài fabriquer des haches,une pierre verte en forme de coeur, mais ne paraissant pas
avoir été taillée; un oursin fossile et une jolie variolite de la
Durance, servant peut—être d’amulette. ll est singulier qu’au—
jourd’hui encore , dans le Languedoc , on trouve dans
nos fermes , de ces variolites considérées comme préservatif
pour les hommes et les bestiaux. Cettesuperstition remonte
rait—elle a l’homme préhistorique?