variolite.fr

Dragage du Vidourle E MARIGNAN 1931

 

  Retour accueil

 

Objets néolithiques provenant de dragages du Vidourle

In: Bulletin de la Société préhistorique de France. 1931, tome 28, N. 5. pp. 256-258.

Citer ce document / Cite this document :

Marignan Emile. Objets néolithiques provenant de dragages du Vidourle. In: Bulletin de la Société préhistorique de France.

1931, tome 28, N. 5. pp. 256-258.

doi : 10.3406/bspf.1931.5566

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bspf_0249-7638_1931_num_28_5_5566

 

Objets néolithiques provenant de dragages

du Vidourle.

PAR LE

Dr E. MARIGNAN.

Les dragages du Vidourle ramènent des quantilés de silex des

stations des Basscs-Çévennes, du Gard et de l'Hérault, et de débris de

poteries préhistoriques ou gallo-romaines des oppida voisins, parmi

lesquels j'ai récolté les deux pièces qui sont l'objet de cette note.

La première {Fig. i) est un poignard, que j'aurai volontiers qualif

iéd' unique, si je n'avais fini par découvrir, à peu près son pareil,

loin d'ici, à Ouargla, dans le musée des Pères Blancs.

Pour éviter à nos Collègues la peine de faire des recherches dans

leur collection du Bulletin de notre Société, je reproduis {Fig. 2) le

poignard et la description qu'en fait le Lieutenant Piîzard, dans le

Bulletin de novembre 1919. Recherches préhistoriques au cours d'une

mission entre Tougourl et Ouargla. « Cet instrument semble compor-

« ter une poignée et un manche. La pointe et l'un des tranchants de

« la lame ont été retouchés, mais très peu. C'est un instrument

« assez fruste, couteau ou poignard. Il est je crois unique en son

« genre. »

Mon poignard se rapproche beaucoup de celui que décrit M. Pézard,

mais il est plus joli, plus élégant et mieux en main.

Cette arme n'est pas en silex. La roche est un calcaire très siliceux

de l'Oligocène, dur et cassant.

Fig. 1. — Poignard du Vidourle. — Echelle 1/2 gr. nat.

Le dragueur le jeta, pour le mettre de côté, sur un tas de cailloux

où, me dit-il, il s'est cassé comme du verre. La lame et la poignée

s'étaient séparées. Bien que roulé, pendant au moins 60 kilomètres,

dans le fleuve torrentiel, la lame présente encore des retouches très

nettes.

J'adresse ici mes remerciements à mon ami M. René Daumas, qui

met toujours à mon service son talent de dessinateur ; ainsi qu'à M.

Néples, le dragueur, auquel je dois cet objet.

Fig. 2. — Poignard de Ouargla. — Echelle 1/2 gr. nat.

La deuxième de ces pièces est une jolie hache en roche verte, lon

gue de 0m075, large au tranchant de 0m043. Elle offre cette particul

aritéd 'être en variolite.

La variolite, roche mouchetée, à base de diallage et de feldspath,

dans laquelle sont disséminés des globules saillants dont l'aspect

rappelle les boutons de la variole, bien que assez commune dans

l'Isère, dans la Durance, dans le Rhône et dans toutes les rivières

qui viennent des Alpes, a été fort peu. utilisée par les hommes pré

historiques, en raison, sans doute, de la difficulté de la tailler et de

la polir. Mais elle a été beaucoup recherchée par eux comme tali

sman ou amulette, ainsi que je l'ai dit, tout au long, dans ma commun

ication au Congrès Préhistorique de Chambéry, sous le titre : « Les

variolites ou pierres de picore à l'époque néolithique. »

Nous la trouvons dans les stations, dans les fonds de cabanes, dans

les grottes, dans les cachettes ; elle accompagne les morts dans leur

sépulture.

La croyance en la vertu de ces pierres est encore vivace dans les

Cévennes On les conserve dans un pot, sur le manteau delà chemin

ée.L es bergers les considèrent comme de précieux talismans, leur

attribuant la vertu de préserver leur troupeau de la picote (clavelée).

Un de mes amis, me faisant cadeau d'une variolite, me dit : « Je

vous la donne, mais mon père ne vous l'aurait pas donnée »