variolite.fr  

"Les variolites ou Pierres de picote à l'époque néolithique"

par le Dr Emile MARIGNAN  ( de Marsillargues, Hérault) 

IV° congrès préhistorique de France, session de Chambéry 1908

                                                                         

Retour vers " ambrussum"

Regrettant  que " Les variolites ou Pierres de picote à l'époque néolithique"  texte de l'intervention du Dr Emile MARIGNAN au congrès préhistorique de France en 1908 ne soit pas consultable en ligne à ce jour, et que sauf à le commander à la BNF ( ce que j'ai fait), ses propos  à ce sujets ne sont pas connus ni du public ni de la plus part des "fouilleurs". (ceci explique sans doute le peu de publications dans les comptes rendus de fouille, car comment s'intéresser à ce qui peux ressembler à un galet banal. Ainsi j'ai plusieurs témoignages de galets de variolite trouvé dans les fouilles  profondes , cloître de Maguelone et cases de  Lattara , passées sous silence car à priori sans importance pour la science ,bien que juste essentielle pour les passionnés de ces galets. )

Je publie ci dessous à titre d'information pour le plus grand nombre, les pages suivantes et ai sous-ligné ce qui nous intéressent le plus.

Si ses ayants droits ou quiconque s'oppose à cette diffusion, qu'il me le fasse savoir , arrêt rapide  de cette page possible !

CLIQUEZ POUR AGRANDIR

Ci dessous, pour plus de clarté j'ai repris quelques  phrases essentielles des textes ci dessus (auteur Emile MARIGNAN )

" On trouve, dans nos gisements néolithiques du Gard, de l'Hérault .., dans les stations à la surface du sol , dans les grottes et parfois aussi dans des cachettes, des petits cailloux de variolite."

"De temps immémorial, les bergers du Languedoc ont recherché ces cailloux, les considérant comme de précieux amulettes contre ...la picote .

Ils les trouvent sur les montagnes, dans les habitats préhistoriques, M MAZAURIC de Nimes cite la grotte d'Anjau sur le Larzac.La croyance en la vertu de ces amulettes est encore bien vivace dans certaines régions."

"J'en connais en Aveyron, Lozère, haute Loire.M VASCHALDE en signale dans l'Ardèche, M DELORD dans le Cantal."

On les nomme "Patac, nom d'une ancienne monnaie provençale, en cuivre."

"C'est là que les hommes de la Pierre polie sont allés chercher leurs amulettes.""ils ne furent pas les seuls, les gaulois des Oppidum, bien avant la conquête romaine, sont venus aussi s'approvisionner... Des fouilles exécutées dans l'Oppidum d'Ambrussum, à Villetelle, sur le parcours de la voie domitienne, ont donné, à deux de mes parents, sous les couches gallo-romaines, au fond des cabanes gauloises, un nombre considérable....de silex, ..de serpentines et de variolites, ainsi que quelques petits disques en coquille de Cardium et Pecten, roulés et polis par la mer."


L'article ci dessus cite ensuite Mr BAUDOIN: " les petits galets de mer lustrés trouvés dans les dolmens sur les cotes de Bretagne et de l'île d'Yeu, sont coutûmes funéraires. j'en rapprocherai aussi , au point de vue folklore, les beaux chapelets célèbres trouvés dans les mégalithes bretons et ensuite utilisés par les agriculteurs de la bretagne centrale pour la guérison de leurs bestiaux malades ( cf Lionel BONNEMERE et M AVENAU DE LA GRANCIERE au sujet des talismans protecteurs contre le Mauvais Sort).

" Dans l'ouest de la France la variole n'est connue du peuple ( 1908) que sous le nom de Picote...."

 

Je reprends la parole( auteur du site internet) et ajoute que de nos jours (2011) les Québequois nomment "Picot " notre varicelle ...

Lire aussi un rapport de fouilles édité par la société préhistorique Française en 1913 sur une groote néolitique découverte à la paillade prés de Montpellier et Grabels(34)

mais aussi dans d'autres départements ( voir référence sur la page "le coin des spécialistes")

 

retour vers " ambrussum"

Les variolites des rivages de Maguelone et du golfe d' AIGUES-MORTES 

 Mieux les connaître, mieux les apprécier.